APPEL DES CANDIDATS ALA présidence de la république à comparaître à l’audience CONTRE centrales au charbon et le souci de GOUVERNEMENT secrètement autorisé la construction d’une autre centrale au charbon à Punta CATALINA

Communiqué de presse,
Mardi, 12 Janvier, 2016,
Santo Domingo, D. N.
DSC_0001
001: Le Comité national de lutte contre le changement climatique (CNLCC) a annoncé lors d’une conférence de presse tenue ce matin à l’apparition forcée des candidats à la présidence de la République et les présidents des partis dans le pays, le public lundi prochain 18, dans lequel la Cour administrative suprême doit entendre l’appel de la protection préventive de l’environnement contre les centrales au charbon Punta Catalina. De gauche à droite, Domingo Acevedo, Euren Cuevas, Enrique de Leon et Tito Olivo Salazar.

Les candidats à la présidence de la République et les chefs des principaux partis politiques ont été poursuivis de manière forcée à comparaître à l’audience qui répondent à la amparo contre les centrales au charbon Punta Catalina, le lundi 18 Janvier devant le tribunal administratif.

Le Comité de lutte contre les changements climatiques (CNLCC) national, l’Institut de droit pour la protection de l’Environnement (INSAPROMA) et diverses organisations dans la province Peravia et d’autres parties du pays a exigé l’intervention énergique dans l’audition des candidats Président de la République Danilo Medina, Luis Abinader, Minou Tavarez Mirabal et Guillermo Moreno.

Ils ont également cité, à travers cette procédure, les présidents des partis du Parti de la libération dominicaine (PLD), Leonel Fernandez Reyna du Parti Révolutionnaire Dominicain (PRD), Miguel Vargas Maldonado, le chrétien réformateur social (PRSC), Federico Antun Batlle, révolutionnaire moderne (PRM), Andres Bautista Garcia, et l’Alliance pour la démocratie (APD), Max Puig.

Lors d’une conférence de presse tenue dans la matinée au Collège dominicain des journalistes (CDP), les banques ont indiqué que le gouvernement secrètement autorisé l’installation d’une autre plante Punta Catalina 600 mégawatts de charbon pour une société basée dans le pays Ce pas est connu dans le domaine de la production d’électricité.

Ils ont dit qu’ils vont demander à la Cour administrative suprême pour empêcher l’installation de la troisième usine à Punta Catalina, en plus de la demande et procédé à l’arrestation de la construction des deux autres usines de l’ordre du consortium Odebrecht-Tecnimont-Star .

Ils ont révélé que l’accord signé le 27 Décembre 2013 entre la Société dominicaine des entreprises d’Etat en électricité (CDEEE) et la société Pinegy Groupe commercial, ratifié par le pouvoir spécial du Président de la République n ° 39-14 du 28 Mars, 2014, être traduits en Punta Catalina cette plante de la Caroline du Sud, Etats-Unis.

Ils ont expliqué que la CDEEE va acheter de l’électricité depuis 25 ans que cette plante produite dans des conditions similaires à celles qui avaient le contrat Cogentrix, dans laquelle l’État engage à payer une redevance fixe, même lorsque la plante ne produit pas d’énergie.

Les organisations estiment que cette troisième usine de charbon à Punta Catalina aggrave encore l’illégalité de ce projet démontre leur manque total de transparence, et de ses liens et de trafic d’influence des activités de corruption.

Ils ont dit que cet accord a été conclu le pouvoir n ° 391-13 sans appel d’offre, n’a pas permis d’environnement et, par accord entre le CDEEE, les entreprises privées impliquées et la présidence de la République, est resté l’existence de ce projet dans le plus grand secret, brisant toutes les lois et réglementations qui obligent l’État à être transparent.

Ils ont souligné que l’article 34 de l’accord a déclaré que ce projet ne diffuse et même cacher les autorités avaient pas de lien direct avec elle.
Ils ont indiqué que l’opacité de la conduite du gouvernement a également été mis en évidence dans l’annonce récente faite par un consortium de banques européennes avaient déboursé 200 millions $ pour les fournisseurs étrangers de l’État dominicain dans la construction de centrales au charbon Punta Catalina.

«Le gouvernement invisible du public le statut de ce prêt pour rembourser tout cet argent si pour le 1er. Avril, la Banque du Développement économique et social (BNDES) du Brésil n’a pas payé le prêt contracté avec l’État dominicain, ce qui est très peu probable, voire impossible, pour cette partie du processus qui étudie les tribunaux brésiliens contre ODEBERCHT et reste en prison à laquelle il a été président jusqu’à récemment, “ils ont dit.

DSC_0004
004: Enrique de León déclare, au nom du Comité national de lutte contre le changement climatique (CNLCC), lors d’une conférence de presse tenue dans la matinée au siège du Collège dominicain des journalistes (CDP).
Ils ont ajouté qu’une autre condition du prêt que le gouvernement a caché doit être fait responsable de toute réclamation résultant contre ces banques pour le financement de centrales au charbon Punta Catalina.

Le Comité de lutte contre les changements climatiques (CNLCC) national, l’Institut de droit pour la protection de l’Environnement (INSAPROMA) et des organisations de la province Peravia et d’autres parties du pays, a justifié l’apparition de candidats à la présidentielle et les présidents des principaux partis politiques de l’implication imminent et irréparable de l’environnement et la santé des personnes dans la province Peravia, en particulier les communautés près de Punta Catalina.

Ils avancent que les partis politiques impliqués dans la gestion des ressources de l’Etat et la mise en place de politiques publiques, ont l’obligation de défendre les intérêts collectifs et diffus contenue dans l’article 66 de la Constitution de la République et de l’article 8 de la loi 64-00 sur le principe de prévention et de précaution.

Ils ont dit que les partis politiques mentionnées ont participé à l’adoption de la loi sur la Stratégie nationale de développement qui définit la décarbonisation et le développement des énergies renouvelables de l’article 27 et sont donc obligés de s’opposer à la construction de ces charbon plat viole de manière flagrante cette loi.

Ils ont affirmé que la construction de centrales au charbon Punta Catalina, maintenant aggravée par l’installation d’un autre secret de 600 mégawatts, est également contraire à l’Accord de libre-échange entre l’Amérique centrale, la République dominicaine et les États-Unis d’Amérique que dans le chapitre XVII ensembles principe de non-régression interdisant environnement non protégé et les ressources naturelles pour favoriser une entreprise en particulier.

Comité national de combattre le changement climatique, CNLCC
INSTITUT DES AVOCATS DE PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT, INSAPROMA

Légendes:

Esta entrada fue publicada en Uncategorized. Guarda el enlace permanente.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s